Indésirable

Lire un
extrait
Erwan Larher

Indésirable

Avec une grande fluidité, Indésirable parvient à lier ensemble genres et thèmes très variés. Pour finalement mettre à mal l’idée d’identité figée. Un bonheur.

Thierry Guichard Le Matricule des anges

Quand Sam Zabriski s’installe à Saint-Airy, dans la maison dite «du Disparu», le destin de ce village rural au riche passé historique bascule.

Ici, on se méfie un peu des étrangers. Ici, on décatit très bien entre-soi. Ici, on a des certitudes, dont celle que l’humanité se compose d’hommes et de femmes. Or impossible de deviner à quel genre appartient Sam, par ailleurs énigmatique quant à son passé. L’incertitude et l’inconnu dérangent, les passion s’exaltent, les tensions s’aiguisent. Après quelques escarmouches, la guerre est bientôt déclarée. Personne n’en sortira indemne.

Roman noir, roman politique, étude de mœurs, Indésirable déroule cinq années de la vie d’un microcosme perturbé par l’arrivée d’un corps étranger. Et forge une langue pour exprimer le dissemblable.

Autant vous l’écrire tout de suite, j’ai adoré ce livre pour plein de raisons qui relèvent autant du fond que de la forme, dans un équilibre, il faut bien le dire, assez parfait [..] on ne lâche pas le bouquin, pur plaisir de littérature, divertissant ET intelligent.

Michel Ellis L'Espadon

Dans ce roman étrange et protéiforme, Erwan Larher fait de Saint-Airy une sorte de laboratoire d’étude de la société française et même de la communauté humaine. Sam est le corps étranger qui vient perturber les petites affaires du clan du pouvoir, un être sans passé, mystérieux et différent.

Nicole Grundlinger Mots pour mots
Acheter ce livre Acheter l’Ebook Lire un extrait Partager
Erwan Larher Erwan Larher

Erwan Larher

Erwan Larher est né à Clermont-Ferrand – hasard d’une affectation militaire paternelle. Un jour, suite à ce qui pourrait ressembler à une crise de la trentaine, il quitte l’industrie musicale dans laqu...

Lire plus

Une allègre et féroce satire sociale et politique qui, au travers de l’intersexualité de son héros allogène et de sa transcription langagière, pose le problème de la différence, de l’appartenance et du vivre-ensemble.

Emmanuelle Caminade L'Or des livres

Entre comédie rurale, roman noir et réflexion sociologique et politique profonde, l’auteur construit pierre après pierre et avec l’exigence littéraire qu’on lui connaît la plus belle pièce de son œuvre (j’ose l’affirmer, j’ai lu tous ses livres) […] Ce travail d’orfèvre mérite un accueil VIB (Very Important Book) à l’orée du printemps.

Aurélie Barlet La Pléiade, Cagnes-sur-Mer

Le livre balaye des thèmes sociétaux avec sérieux et humour, les violences faites aux femmes, la politique de village, l’isolement territorial, etc., jusqu’à basculer dans un roman noir. Un roman drôle aussi, et à la fois une radioscopie de nos campagnes dans une peinture de mœurs sans concession.

David Goulois Cultura, Chambray-lès-Tours

À la fois roman politique, à suspense, de mœurs, le dernier-né d’Erwan Larher est “INCONTOURNABLE” !

Hélène Woodhouse La chouette librairie, Lille

Une écriture dense, drue, inventive mais fluide… On l’aura compris, j’ai dévoré le roman !

Dire que j’ai adoré ce roman, serait peu. Satire sociale, critique de notre société basée sur les apparences, diatribe sur ces hommes et ces femmes qui n’ont de cesse de mettre des étiquettes sur les choses et surtout sur les autres.

Comme pour le reste de son œuvre, Erwan Larher se sert des mauvais genres (ce devait être le titre du livre) pour raconter, avec une écriture classique et maîtrisée, le monde qui l’entoure et dont il s’amuse, sans méchanceté. Mais avec talent.

Cette satire sociale bouscule les codes, nous fait réfléchir. Construis comme un bon polar, Erwan Larher réussit avec tact et intelligence à faire passer des messages.

Katia Panier Le Singulier

Ce roman d’Erwan Larher nous interroge sur notre propre rapport à l’autre, à ce qui nous bouscule… et c’est une belle prouesse littéraire.

Arnaud 47° Nord, Mulhouse

Sans contrefaçon, Erwan Larher joue sur la théorie du genre… et , croyez-nous, Indésirable ne l’est pas (indésirable)… au contraire !

Gilles et Claire Le Marque Page, Quintin

Erwan Larher questionne encore et toujours notre époque, et sculpte une langue. Dans cette satire, il est question de différence, de « vivre-ensemble », de néo-ruraux, de désertification, de traditions. Erwan dézingue certains conservatismes de manière joyeuse. Il s’attache également à défendre une démocratie plus horizontale, une certaine idée de la culture et du patrimoine en milieu rural.

Cédric Laprun L'Escapade, Oloron-Sainte-Marie

Si je dis qu’on tient là le grand roman de la démocratie locale, je crains de ne donner envie à personne. Mais je vous promets de l’action, du suspense, un souterrain mystérieux et un vol en ballon pour prendre de la hauteur et voir à quoi elle ressemble vraiment, cette France éternelle.

Bertrand Guillot Second Floor

L’effet papillon ! L’arrivée de Sam dans un petit village de province provoque un séisme en cascade, improbable et incontrôlable. Avec Erwan Larher en très grande forme, découvrez l’effet Sam !

Céline Vignon Mots et Images, Guingamp

Erwan Larher s’en donne à cœur joie dans la caricature, dans le pastiche du roman provincial et rural, pour doucement faire basculer son lecteur dans un roman oscillant entre le thriller et le roman politique.

Dans une langue toujours aussi vive et inventive, Erwan Larher signe un roman surprenant. D’un semblant de roman rural, on bascule dans un roman social et politique proche du thriller. Une histoire et des personnages qu’on ne peut pas lâcher!!

Delphine M'Lire, Laval

Il n’a fallu que quelques phrases pour être séduite par l’écriture de ce roman […] Très belle découverte d’un auteur lu pour la première fois mais pas la dernière.

C’est un vrai roman, qui développe une intrigue étonnante et nouvelle du début à la fin, longuement mais sans lasser son lecteur […] Bref, comme dirait l’autre, j’ai aimé, j’ai adoré, il est rangé dans la pile des essentiels, je vais le prêter, l’offrir…