Imelda
John Herdman

Imelda

Traduit de l’anglais (Ecosse) par Marie-Françoise Sanconie

Un roman où se concentrent avec un brio inquiétant toutes les tares susceptibles de gangrener une famille […] C’est le génie de Herdman de nous offrir, en lieu et place d’une tragédie linéaire, une suite de récits qui alterne les visions et nous plonge dans le gouffre.

François Angelier Le Monde des livres

Qui est le père de l’enfant d’Imelda ?
Dans ce récit intense et iconoclaste, John Herdman remonte le temps dans une double narration où deux discours contradictoires se superposent et s’entrecroisent, à l’image de la folie qui tisse sa toile et emprisonne Imelda dans ses longs fils vénéneux. La grandiloquence des narrateurs est à l’image de leurs vices, dévoilant une société passéiste et mortifère, fondamentalement hypocrite.
Le style de Herdman entretient cette dualité dans une langue très travaillée où la noblesse de l’expression s’érige en système pour mieux masquer la réalité. On songe à l’écriture dense et ironique de Nabokov dans La Méprise, à son jeu sur les conventions littéraires.
Qui détient la vérité ? Le lecteur ou un des personnages ?

John Herdman, développant les thèmes qui lui sont chers, illustre avec ingéniosité et ironie la puissance de l’illusion, conviant le lecteur à un vertigineux jeu de piste tout en questionnant les ambiguïtés du langage et le rapport de la fiction à la vérité

Emmanuelle Caminade L'Or des livres

Une tragédie familiale cruelle et captivante, une grande force d’écriture dont la noirceur n’est pas sans rappeler l’univers de Nabokov ou celui des sœurs Brontë. Deux narrateurs. Deux versions d’une même histoire, mais au royaume de de l’hypocrisie et de la manipulation, la vérité n’est vraisemblablement nulle part, si ce n’est entre les lignes.

Librairie Durance, Nantes
Acheter ce livre Partager
John Herdman John Herdman

John Herdman

John Herdman est né à Edimbourg en 1941. Diplomé de Cambridge où il a effectué ses études supérieures, il a été très impliqué dans la question du nationalisme écossais, tan...

Lire plus

Un exercice vertigineux qui nous emmène dans l’ambiguïté de la vérité, du mensonge et de la folie.

Baptiste Liger Lire

Ce roman machiavélique joue sur le fantasme et la folie avec un humour noir décapant. Un coup de maître qui fascine.

Bernard Quiriny

Quand un romancier écossais plonge avec jubilation dans les méandres les plus sombres de la psyché humaine, un hurlevent de folie secoue les vieilles demeures de pierre et pulvérise le vernis bilieux des arbres généalogiques séculaires. John Herdman s’amuse en effet, dans un jeu de miroirs perpétuels, à perdre son lecteur dans une machine infernale de manipulations et d’illusions […] L’histoire racontée, tramée comme une toile d’araignée dense et poisseuse, a tout du mensonge… qui suinte pourtant une indéniable vérité.

Anne Thouement Le présent défini

Troublant, mystérieux, légèrement dérangeant, mais terriblement addictif ! Laissez-vous captiver par ce roman familial où de lourds secrets sont tapis dans l’ombre d’une folie sourde…

Filigranes, Bruxelles

Lu en un temps record, voila un roman que je ne suis pas près d’oublier ! […] Fort et puissant, émouvant et rude à la fois, un texte marquant et jubilatoire. À lire !

Un roman troublant et plein de faux semblants à la double narration dont la vérité est (peut-être) cachée entre les lignes. Coup de cœur absolu !

Laura L'Armitière, Rouen

Au cœur trouble du fantastique par les interférences de discours, les versions contradictoires de ces attractions taboues autant qu’indicibles, le tout dans un réjouissant, et schizophrène, pastiche de roman gothique où se succèdent et se contredisent deux narrateurs tout aussi peu fiables […] Il faut vraiment lire Imelda, découvrir les contre-jours de ses atmosphères délétères, sa plongée dans les horreurs d’une famille en apparence parfaitement respectable.

Une ironie subtile se dégage de ce style qui ne s’autorise jamais le moindre écart de langage et parle des pires vilenies sans se départir jamais d’une remarquable noblesse d’expression. Une manière de dire l’hypocrisie du monde dans lequel évolue les personnages […] Un roman extraordinairement construit qui contraint le lecteur à changer constamment de regard , mais y en a-t-il un un qui soit conforme à la vérité dans la fiction, c’est-à-dire le mensonge […] C’est fascinant et vertigineux.

John Herdman explore avec beaucoup d’humour noir la dualité opposant ses protagonistes coincés dans un huis clos étouffant. Homme de main machiavélique, schizophrène passionné de mycologie ou encore Yéti dindon de la farce, les personnages forment ensemble un panel bariolé de névroses finement capturées sur papier. Sans oublier la famille dysfonctionnelle, où les rôles s’inversent et où la beauté flirte avec le poison, offrant un terreau bien fertile aux ambiguïtés humaines.

Servi par une double narration brillante, le roman se joue finement de son lecteur, tire des ficelles et peaufine les masques… Une jubilation littéraire, absolument machiavélique et très justement illustrée de sa belle amanite : mieux vaut se méfier des apparences !

Lola Faisandier Calligrammes, La Rochelle

On ne peut qu’admirer ce jeu de piste brillantissime.

Librairie Georges, Talence

Ne prenez pas le risque de vous passer d’Imelda.

Librairie Lucioles, Vienne

Imelda entremêle à la perfection le mesquin et le paranoïaque, le pathétique et la vantardise, le crédible et l’incroyable… Herdman mérite bien plus que d’être reconnu : ce subtil petit chef-d’oeuvre de maîtrise fera son chemin pour l’établir comme l’un de nos romanciers les plus pertinents.

Douglas Gifford Books in Scotland