à paraître
P.R.O.T.O.C.O.L.

Lire un
extrait
Stéphane Vanderhaeghe

P.R.O.T.O.C.O.L.

Un roman à l’image de l’époque qu’il interroge : complexe, réfracté, contradictoire, désespéré, absurde, humain.

Ce roman kaléidoscopique éclaire et obscurcit en même temps, avec un sens formidable du suspens, avec un magnifique brassage des langues : orales, familières, soutenues, techniciennes, âpres, lyriques, avec une construction implacable. Vanderhaeghe a écrit un roman de révolte et de résignation, d’indignation et de critique, un roman électrique et dense, polyphonique et politique, intime et social, à lire de toute urgence si, comme moi, vous avez envie de vous prendre une grande claque.

Eric Pessan, écrivain

P.r.o.t.o.c.o.l. L’acronyme est partout dans la ville mais personne ne sait quand il est apparu. Peut-être au lendemain d’une élection dont on n’attendait plus rien. Comme pour prédire un événement. Ou annoncer une catastrophe.

Dans les rues, sous l’œil des caméras de surveillance, en attendant on s’affaire. On bosse, on fait la manche, on marchande un peu de plaisir, on pédale, on traque, on nettoie, on tabasse, on recrute, on se planque, on pointe au chômage, on fraude, on insulte, on enterre ses morts. Car oui, on meurt aussi, même parmi les rats qui grouillent et fouissent à l’affût d’un peu de chair tendre.

Dans sa mosaïque de voix, P.r.o.t.o.c.o.l. dit une colère et l’indifférence, l’impuissance et la terreur qu’elle entraîne inexorablement lorsque les marges une à une se referment.

La ville d’après révolte, sous couvre-feu, avec un état d’urgence qui est instauré au gré des événements par un pouvoir qui surveille, identifie, resserre peu à peu son emprise sur chaque citoyen […] Un roman multi-voix, qui interroge la place que chacun de nous souhaite préserver dans les marges de la société. A découvrir.

Olivier Beugin Le Livre et la Tortue, Issy-les-Moulineaux

Un roman qui fait le pari que la littérature soit encore un lieu où le réel et les mots se cognent. D’une grande intelligence narrative et réflexive. P.R.O.T.O.CO.L. réussit le pari fou de nous rendre perceptible les chaos du monde, bercé par une musique tragique et crépusculaire. Ce roman, c’est Michel Foucault, un bandana sur la tête en train de siffler un air des Clash.

Antoine Jarry
Acheter ce livre Lire un extrait Partager
  • 576 pages 25€
  • Collection : Made in Europe
  • févr. 2022 — 140 x 210mm
  • ISBN : 978-2-37491-243-1
Stéphane Vanderhaeghe Stéphane Vanderhaeghe

Stéphane Vanderhaeghe

Né en 1977, Stéphane Vanderhaeghe est écrivain de 6 h à 8 h du matin, du lundi au samedi. Le reste du temps il se nourrit de l’œuvre des autres, qu’il c...

Lire plus

Entretien (1)
P comme Politique : « J’ai tendance à entrevoir la littérature comme une sorte de contre-discours ; pas nécessairement un discours contre quelque chose, mais une façon de retourner les logiques discursives qui nous entourent. »

Antoine Jarry Cultures sauvages

Entretien (2)
R pour rat : « Je n’ai aucune passion pour les rats, ni pour les blattes ou les corbeaux, mais certains affects leur sont associés, certaines images (au sens large) et connotations, qui peuvent nourrir l’écriture et ouvrir des brèches dans le texte. »

Antoine Jarry Cultures sauvages

Entretien (3)
O pour Œuvre : « Chacun de mes textes s’est construit sur un centre absent, ou vide, un creux ou un manque. Un silence, peut-être. Un mystère. Autour duquel j’essaie de faire tournoyer la langue. »

Antoine Jarry Cultures sauvages