Oyana

Lire un
extrait
Eric Plamondon

Oyana

Image de couverture inspirée par l’illustration de Dario Fischer.

Une écriture affûtée, tranchante, désarmante de sobriété […] Eric Plamondon tente ici, une fois encore et avec justesse, de déchiffrer le phénomène complexe de l’exil politique.

Camille Decisier Le Matricule des anges

« S’il est difficile de vivre, il est bien plus malaisé d’expliquer sa vie. »
Elle a fait de son existence une digue pour retenir le passé. Jusqu’à la rupture. Elle est née au pays Basque et a vieilli à Montréal. Un soir de mai 2018, le hasard la ramène brutalement en arrière. Sans savoir encore jusqu’où les mots la mèneront, elle écrit à l’homme de sa vie pour tenter de s’expliquer et qu’il puisse comprendre. Il y a des choix qui changent des vies. Certains, plus définitivement que d’autres. Elle n’a que deux certitudes : elle s’appelle Oyana et l’ETA n’existe plus.

D’une saisissante réussite […] Eric Plamondon a écrit le roman d’une époque, d’un temps de guerre, avec justesse et finesse. Un roman très bien renseigné qui dit ce qui doit l’être, qui romance ce qu’il fallait raconter, en nommant l’horreur, la douleur et la vengeance, roman d’un écrivain habité par le Temps et ses soubresauts.

Philippe Chauché La Cause littéraire

Inutile de dire que l’on ne s’ennuie pas, l’auteur maîtrisant parfaitement sa trame narrative, faisant monter la tension dramatique sans aucun temps mort […] Constat implacable, mécanique efficace, lecteur K.O.

Nicole Grundlinger Mots pour mots
Acheter ce livre Lire un extrait Partager
Eric Plamondon Eric Plamondon

Eric Plamondon

Né au Québec en 1969, Éric Plamondon a étudié le journalisme à l’université Laval et la littérature à l’UQÀM (Université du Québec à Montréal). Il vit dans la région...

Lire plus

Avec ses phrases coup de poing et pourtant retenues, une construction mêlant la confession épistolaire au récit distancié, rythmé par un tempo digne du Blue Rondo à la Turk, le récit nous emmène au galop vers un dénouement inattendu.

Laure Amblesec actualitte.com

La fugue chaotique infinie d’une éternelle exilée à la dérive […] L’auteur, sachant entretenir suspense et tension narrative, joue avec maîtrise de tout un dispositif signifiant, donnant ainsi à Oyana beaucoup de justesse et une grande intensité.

Emmanuelle Caminade L'or des livres

Trois polars à la musique singulière. Poésie mélancolique chez James Sallis, noirceur traversée de lumière chez Chris Offutt, ambiguïté des identités et des engagements chez Eric Plamondon. Trois histoires exceptionnelles qui vous imprègnent au plus intime. Impossibles à oublier.

Christine Ferniot et Michel Abescat Télérama

Oyana séduit par ces capteurs multiples, cette manière de semer l’histoire à travers de petits cailloux, à la fois hommage à l’utopie euskara, puis constat terrible des morts inutiles, puis vrai polar de couple, amour et mensonge mêlés, qui ne livrera sa clé qu’au dernier instant.

Marguerite Baux Elle

Eric Plamondon saisit une vie toute entière […] Cela donne un livre vivant, au plus près du ressenti des protagonistes, loin des analyses des historiens et des commentateurs.

Agnès Laurent L'Express

Eric Plamondon raconte une histoire intime et politique du peuple basque. Et rend subtilement aux faits leur complexité et leur ambivalence.

Véronique Rossignol Livres-Hebdo

Plamondon a cette plume forte, cette narration parfois enfiévrée, moulée dans des phrases courtes et factuelles, entre lettre à la première personne et faits historiques […] Bref, c’est passionnant.

Christophe Laurent The killer inside me

La phrase est précise, sobre, très fluide, simple mais pas fade. Les lieux revisités par la narratrice sont très efficacement restitués. L’air de rien et au fil du récit, on apprend plein de choses sur l’histoire du peuple basque et les années de lutte. Joli twist final qu’on ne voit pas venir.

Laurent Chalumeau

On ne peut que louer une fois encore la finesse avec laquelle Éric Plamondon arrive à aborder des sujets complexes, tragiques et extrêmement vifs […] Plus épuré d’une certaine façon que Taqawan, Oyana est un roman d’une grande beauté sur l’engagement, le déracinement et l’identité.

Oyana se lit d’une traite et l’on retrouve toutes les qualités d’Éric Plamondon pour proposer une œuvre engagée, profondément humaniste et très émouvante […] C’est beau, c’est puissant et ça emporte l’adhésion totale du lecteur. Un petit bijou que je vous invite à découvrir au plus vite !

En moins de 150 pages, Plamondon nous met sur le flanc : l’écriture est rapide mais tortueuse, l’atmosphère fort bien rendue, le scénario n’est pas une pure invention […] En tous points remarquable voire magistral.

Warren Bismuth Des livres rances

Eric Plamondon reprend très bien la rhétorique nationaliste et indépendantiste, de façon vivante et pas didactique pour un sou, et la confronte, sans leçon de morale, à la réalité brute des drames, et au ressenti de son héroïne.

Jean-Marc Laherrère Actu du noir

Un portrait de femme magnifique, sublimé par la sobriété et la poésie de l’écriture d‘un Éric Plamondon qui, par ses mots, souligne toute l’ambiguïté de l’engagement, la perte d’identité qu’il y a à en défendre une, et l’inextricabilité de la violence terroriste à la violence étatique.

Bruno le Provost Passion polar

Un livre court d’une écriture précise […] La construction, avec l’entrelacement du passé et du présent ne rend pas la lecture difficile, tout est daté, précis. Une fin totalement inattendue donne une autre lecture du livre.

Comme pour Taqawan, l’auteur mêle ici l’histoire intime d’Oyana, l’histoire politique et la grandeur de la nature des pays visités. Des composantes majeures pour un bon roman ! […] Une fois de plus un très bon moment de lecture, instructif et bien rythmé. Un auteur à ne pas manquer.

Identité, remords, culpabilité et désir de rédemption traversent ce court récit très instructif. Un beau moment de lecture qui entremêle l’histoire intime d’Oyana, héroïne émouvante, l’histoire du pays Basque et la splendeur de la nature.

Ce beau livre captivant et habilement mené.

Aline Sirba On l'a lu

Eric Plamondon renoue avec l’exil […] Actuel et magistral.

Valérie Gans Madame Figaro

Un rythme haletant, un portrait de femme saisissant et de sacrés retournements.

Hubert Artus Causette

Il faut le dire d’emblée : ce roman se lit avec un plaisir constant, celui d’une intelligence parvenue à la simplicité.

Eric Plamondon mêle habilement un destin individuel et celui d’un peuple […] Un récit incisif et innovant.

Un texte intense, dicté par l’urgence d’exprimer la vérité au risque de tout perdre.

Claire Julliard L'Obs

Oyana est un roman magnifiquement fort sur la culpabilité, les responsabilités, les choix…

L’écriture musicale de ce récit nous berce, et il y a un dénouement exceptionnel qu’on ne peut évidemment pas révéler.

Valérie Gans (Madame Figaro) On l'a lu

Qui suis-je ? Où vais-je ? Lettre d’une Basque qui a fui son pays.

Astrid de Larminat Le Figaro

Comme dans Taqawan, le combat d’un peuple occupe une place importante du récit, il met en lumière des fêlures profondes et révèle l’importance primordiale d’affronter ses choix et ses erreurs […] Ce livre ? C’est une vraie bombe !

Aurélie Unwalkers

Il faut lire Éric Plamondon et ce nouveau roman, intimiste et politique, inclassable — mais quelle classe !

Un récit éclaté, nerveux, efficace. Du suspense, des retournements, des révélations… Une héroïne écorchée, dans la douleur.

Dans la lignée de Taqawan, Eric Plamondon confirme son talent à relier finement les destins individuels de ses personnages aux fractures historiques et politiques. Et, dans un même mouvement, à nous captiver, émouvoir et éclairer. Chapeau !

Philippe Guazzo Le Comptoir des mots

Le voyage intense et intime d’une femme qui trouve le courage d’affronter les silences et les mensonges […] Le roman brillant d’un écrivain qui, s’il était encore nécessaire, confirme son immense talent.

Un texte superbe sur le déchirement de l’exil, mais aussi la responsabilité et la culpabilité, récit hallucinatoire de la vie d’une femme qui fuit, ou va de l’avant, ou les deux. En même temps. Un roman fort et doux à la fois.

Je lis beaucoup, vraiment beaucoup et je crains parfois de ne plus être surprise, emballée, etc… Et pourtant cela m’arrive encore, je crois que c’est infini… Il y aura toujours des auteurs pour m’embarquer dans leurs univers et me laisser ébahie à la fermeture de leurs livres.

Angélique Muller Cultura, Béziers

Les premières pages, retrouver cette sensation unique de se nourrir à nouveau, de ces mots, ces histoires, cette force vitale. Et pourtant une même violence, un même questionnement sur l’identité, le territoire, qu’est-ce qui le défini, doit-on le défendre à en tuer, à en perdre la vie? Les souvenirs, le passé à affronter. Une force, une richesse et la vie qui s’échappe entre les mots.

Aurélie Janssens Page et Plume, Limoges

Après l’éclectique Taqawan, Eric Plamondon signe le roman fiévreux des tours et détours d’une existence, sur l’engagement est es démons, les choix douloureux et l’amour blessé. Surprises garanties !

Pascal Thuot Librairie Millepages

Avec justesse et cette économie déjà lue dans l’inoubliable Taqawan, Éric Plamondon revient sur une tragédie qui emporta avec elle tant de vies et dont l’écho agit encore aujourd’hui comme une blessure vivace.

On a toujours une petite appréhension quand on a adoré le roman d’un auteur de découvrir le suivant. Avec Oyana aucune déception à l’horizon. Bien que très différent de Taqawan dans le style d’écriture, l’intrigue passionne d’emblée, les personnages, leurs fêlures sonnent juste. Un très beau roman !

Valérie Gury Librairie de Paris, Saint-Etienne

Quel plaisir de retrouver la prose si spécifique d’Eric Plamondon, son univers qui nous avait déjà explosé au visage dans son précédent texte. Oyana ? C’est une vraie bombe !

Aurélie Barlet La Pléiade, Cagnes-sur-Mer

J’ai adoré à tous points de vue. Ce court roman est une bombe (sans jeu de mot). Il devrait sans aucun doute grandement enthousiasmer libraires et lecteurs ! Bravo !

Martin Peix Le Passeur, Bordeaux

Superbe ! Belle construction de différents schémas narratifs qui s’entrecroisent. Est-il possible de fuir son passé ? Avec en arrière-fond du terrorisme basque ETA, une quête identitaire s’installe comme un vrai polar.

David Goulois Cultura, St Pierre-des-Corps

Lu d’une traite. Beau, passionnant. Un grand moment de lecture comme je les aime !

Christine Librairie du Muguet, Bordeaux

J’ai vraiment beaucoup aimé. C’est un sujet inhabituel et rondement mené.

Michèle Germain Librairie ParChemins, St Florent-le-Vieil

C’est simple, c’est bien fait, on dévore les pages avec une envie non feinte d’en savoir plus !

Charlene Vents de terre, Les Rousses

Le portrait épistolaire d’une femme déracinée, perdue à jamais dans les innombrables conséquences d’une seule décision, d’un seul “oui”.

Voilà un formidable roman, un formidable portrait de femme, tout en nuances, tout en subtilité d’une femme en fuite […] Chaque phrase est un coup de fouet, un ouragan qui vous balaie par sa simplicité et sa justesse.

Une confession, celle d’une femme et de son mal-être déchirant, fuite inévitable qui mènera peut-être vers la libération…

Roman sous tension et puissant ; qui puise sa force dans la sobriété de son style.
A LIRE ABSOLUMENT

Cécile Librairie des Pertuis, St Pierre d'Oléron

Une belle lecture, et une jolie porte ouverte sur l’œuvre d’un auteur québécois désormais incontournable.

Après le remarqué Taqawan, Éric Plamondon nous offre un roman aussi court que percutant.

Ça transpire d’humanité, c’est juste et fin, c’est politique et intime, c’est bref et intense.

Madame Tapioca

Ce qui est extraordinaire avec cet auteur, c’est qu’avec une simplicité étonnante mais une intelligence fine, il nous parle des tourments de la vie, de la douleur du deuil et de la beauté de la nature.

Ce roman noir à la très belle écriture , limpide , et à l’ossature particulièrement travaillée , ne pourra pas vous laisser insensible!

Encore une fois, j’ai adoré lire un bouquin de Plamondon. Je me suis attachée à cette narratrice moderne qui est aux prises avec des problèmes engendrant un effet de réel.

Un auteur engagé pour un texte qui ne l’est pas moins.

Focus sur un livre qui a passionné la rédaction […] Une histoire à la fois intime et politique. Intime car il s’agit d’une histoire d’amour et d’une tragédie personnelle. Politique parce que le roman suit les mouvements de l’histoire du nationalisme basque depuis sa création.

Le roman de la dérive, celle d’une femme qui ne sait plus qui elle est, celle d’un combat légitime qui devient terrorisme… C’est un roman sur la question de l’identité, trop souvent simplifiée, réduite au seul sentiment d’appartenance.