L'Enigmaire

Lire un
extrait
Pierre Cendors

L'Enigmaire

Si Hesse et Benjamin, au début du 20e siècle, reprenaient et déplaçaient le romantisme allemand et ses grandes espérances à l’aune de l’arraisonnement technique prenant alors une ampleur sans égale, ce début de 21e siècle déjà bien abîmé nous propose avec Pierre Cendors une réécriture de cette pulsion poétique vers ce qui nous absente, nous dépasse, nous isole, nous sublime.

Lucien Raphmaj Diacritik

Orze, un village bombardé en 1916, a été transformé depuis en zone rouge interdite au public. Des fouilles archéologiques y révèlent une activité géomagnétique anormale et les vestiges d’un ancien culte chthonien. Ceux qui s’y rendent en reviennent inexplicablement changés. Trois inconnus — Laszlo Assenzio, surnommé Little Nemo, le premier «spacien», Adna Szor, une musicienne en deuil, et Sylvia Pan, une femme en quête de racines — se confrontent tour à tour aux mystères d’un territoire marqué par les révolutions croisées du règne naturel et de l’homme.
Roman-monde d’un éclat sombre, juxtaposant les époques et les voix, L’Enigmaire explore les arcanes du vivant et nous invite à repenser la violence de la création et celle de l’homme. Ecrit en hommage à Andreï Tarkovski, il donne voix à l’esprit des lieux. Et couronne un travail de réflexion poétique quant au rapport au terrestre en s’articulant autour de deux pensées, celle d’Elisée Reclus qui écrivait : « L’homme, c’est la nature prenant conscience d’elle-même » ; et celle de Gary Snyder : « Les profondeurs de l’esprit, l’inconscient, sont nos propres étendues sauvages ».

Sous la pluralité de ses strates, sous la magnificence de sa langue, Pierre Cendors à nouveau captive, inquiète dans sa tentative de faire de l’espace du dedans, l’espace romanesque, l’exigence de l’acuité et de l’ardeur. […] Le terme chef-d’œuvre vient comme premier qualificatif, lecture indispensable, un des plus grands auteurs du moment.

Marc Verlynde La Viduité

Pierre Cendors rend hommage à Andreï Tarkovski dans une fiction sombre et futuriste […] Formellement ambitieux, ce roman d’après la catastrophe interroge la quête des origines, la capacité de l’humain à vivre sur Terre et à cohabiter avec les autres vivants, notre besoin de mythes et de représentations.

Sophie Joubert L'Humanité
Acheter ce livre Acheter l’Ebook Lire un extrait Partager
Pierre Cendors Pierre Cendors

Pierre Cendors

Franco-irlandais, Pierre Cendors est né le 17 décembre 1968 en Haute-Savoie. Après des études d’Art, à Lyon, il se consacre à la littérature, résidant entre l’Irlande et l’E...

Lire plus

Un récit éblouissant […] Le livre de Pierre Cendors est tout autant une œuvre de science-fiction qu’un puissant roman métaphysique, d’une beauté poétique plutôt rare dans les rayons du genre, et un poignant récit de retrouvailles.

Cédric Fabre Livres Hebdo

Je suis encore sous le choc, complètement fascinée par tant d’intelligence. Un frémissement à chaque page pour une histoire d’une inventivité éclatante.

Céline Rothlisberger Librairie Goulard, Aix-en-Provence

L’Enigmaire de Pierre Cendors nous invite à habiter la langue comme on explore un territoire, à parcourir ce roman comme le font Lazslo, Adna ou Sylvia : à la recherche de notre récit originel, perdu, en train de s’écrire ou à réinventer.

Antoine Jarry Cultures sauvages

Pierre Cendors tisse avec subtilité des points entre les époques, les protagonistes et le lecteur, faisant de L’Enigmaire un livre envoûtant, un roman monde qui éveille étrangement la mélancolie d’une époque à venir.

L’Enigmaire est un puzzle dont il faut accepter de lire les chapitres en attendant qu’à la fin l’image finale apparaisse enfin. Il y est question de la manière dont on accommode nos vies à ce que l’on sait de nos origines, du rapport de l’humanité à la nature et de se laisser happer par l’univers poétique et terriblement captivant de Cendors. En bref, un bijou.

Eric Pessan, écrivain

D’une écriture maîtrisée, aussi descriptive des lieux et des psychés qu’elliptique, La Verrerie est un roman projeté sur une toile par un vieux cinématographe. On y perçoit le ronron de la machine, un cliquètement régulier et devant les images, un poudroiement doré nous baigne, toute l’âme de Koumandarèas qui peu à peu se réanime.

Dominique Aussenac Le Matricule des anges