La Verrerie

Lire un
extrait
Mènis Koumandarèas

La Verrerie

Koumandarèas se révèle essentiellement dans sa singulière capacité à faire ressentir les différentes temporalités qui tissent une existence. Par des effets de couches très fines, son roman fait coexister le fouillis et la cadence d’évènements variés avec, simultanément, le grignotement du temps long. Cette puissante technique narrative sans complaisance peut produire des effets de nostalgie à la limite du supportable. La vie a passé, sans qu’on l’ait bien vue, ni comprise.

Ulysse Baratin En attendant Nadeau

Athènes dans l’après-guerre. Dans la grisaille, la brume et les fumées de l’usine à gaz, les lumières de la ville apportent l’illusion d’échapper à la misère. Bèba s’occupe d’une verrerie artisanale, affligée d’un mari en dépression et de deux vendeurs inefficaces et improductifs. Bèba, c’est la jeunesse, ses luttes, ses espoirs et ses déceptions, la force et la résistance qu’elle oppose aux contrariétés de la vie, à ses déboires.
Tendre, lyrique et poétique, d’une rare maîtrise du récit et de la langue, La Verrerie donne à cette histoire d’une femme, qui voit s’éteindre un à un ses rêves les plus chers, une profondeur et une vérité qui font de ce roman, classique de la littérature grecque, un texte fascinant à (re)découvrir.

Koumandarèas, qui sillonne Athènes, sa ville natale, en nommant des rues et des lieux qui lui sont chers, éprouve une sympathie presque naturelle envers les personnages qu’il crée, et ce quelque soit leur attitude […] Un subtil réalisme social, vif et désenchanté, décliné à bas bruit et, par là même, extrêmement efficace, traverse La Verrerie.

Jacques Josse Remue.net

D’une écriture maîtrisée, aussi descriptive des lieux et des psychés qu’elliptique, La Verrerie est un roman projeté sur une toile par un vieux cinématographe. On y perçoit le ronron de la machine, un cliquètement régulier et devant les images, un poudroiement doré nous baigne, toute l’âme de Koumandarèas qui peu à peu se réanime.

Dominique Aussenac Le Matricule des anges
Acheter ce livre Acheter l’Ebook Lire un extrait Partager
  • 156 pages 16€
  • Collection : Made in Europe
  • Thèmes : amour folie
  • janv. 2021 — 140 x 210mm
  • ISBN : 978-2-37491-157-1
Mènis Koumandarèas Mènis Koumandarèas

Mènis Koumandarèas

Mènis Koumandarèas est un écrivain grec né le 4 janvier 1931 à Athènes et assassiné le 6 décembre 2014 dans cette même ville. Il est considéré comme l’un des gr...

Lire plus

La Verrerie ne s’empare de la politique et du social en Grèce que par petites touches. Koumandarèas se concentre sur le parcours individuel de ses personnages, qu’il peint de main de maître, avec une écriture simple et pourtant charpentée et pure, entraînante et vive.

Warren Bismuth Des livres rances

L’auteur excelle à nous parler de ces âmes simples qui s’échinent au quotidien, de la banalité de leur vie, de leurs petites habitudes, grâce à des détails infimes qui, assemblés, dessinent en pointillés des portraits d’une extrême justesse.

Anne Thouement Le Présent défini

Le récit nous tient jusqu’au bout, jusqu’à ce dernier chapitre, Temps anciens tombés dans l’oubli, où tout s’ouvre puis ne se referme pas tout à fait, nous laissant pensif sur notre propre parcours, nos rêves, nos rencontres. Oui, on touche à l’universel.

Un coup de ❤ pour un fabuleux portrait de femme ! Un roman qui se lit d’une traite. Il y a sans aucun doute du “Bouvard et Pécuchet” dans ce livre-là. Très belle découverte.

Valérie Schopp L'Arbre à mots, Rochefort

D’une écriture serrée et riche, Koumandarèas nous plonge dans ce milieu urbain grec des années 70, donne beaucoup de corps aux personnages […] Bèba est une belle héroïne, humble mais libre et tenace. Le roman est prenant.

Florence Librairies de Port-Maria, Quiberon

Avec une extrême finesse et justesse, l’écrivain, s’illustre également dans la description de psychés complexes et tortueuses comme dans la retranscription de l’atmosphère et les incertitudes de l’époque dans laquelle il nous entraîne avec une langue d’apparence simple mais pour autant affûtée.

Karen Cayrat Pro/P(r)ose

Un roman doucement génial, discrètement lyrique et tendre qui nous fait traverser la vie de Bèba. De ses illusions à ses désespoirs, ses rêves et ses renoncements, c’est un portrait sensible d’une vie vécue portée par une écriture profonde.

Martin La Virevolte, Lyon

Roman du labeur et de la mélancolie, tenu à bout de bras par une femme flamboyante et deux malhabiles guignols, La verrerie nous entraîne dans une Athènes toute grise, où seuls les fêlés laissent passer un brin de lumière. C’est doux comme une photo sépia, il flotte dans l’air une poussière d’or et de vestiges, le temps fait son œuvre, ainsi va la vie…

Lola Faisandier Librairie Callligrammes, La Rochelle