Finir les restes

Lire un
extrait
Frédéric Fiolof

Finir les restes

«L’orphelin selon l’ordre des choses » dont les mains seraient totalement vides si ce n’étaient les mots qui s’élèvent du désastre, comme de la fumée d’un feu déjà éteint […] on ne peut s’empêcher de s’attacher profondément aux parents discrets, modestes et aimants de Finir les restes, dont la présence, une fois le livre refermé, continue à briller dans la nuit de leur absence.

Sabine Huynh Diacritik

« Là où j’entrevoyais le bout d’une histoire, je m’aperçois qu’il n’y a pas d’histoire. Qu’il n’y en aura jamais. A peine quelques pleins, quelques déliés, qui flottent comme des branches de bois mort à la surface d’un fleuve. Maintenant je n’ai plus d’autre alternative que de vous inventer, à chaque instant de mon amour réel pour vous. Je suis devenu le fruit blet d’une fiction .»

Passent en quelques pages, les questions si essentielles qui nous obsèdent autant que la vie et la mort sont inextricablement liées. La plume de l’auteur est douce, juste, légère, précise. Elle n’insiste jamais, se contente de souligner d’un trait fin à peine marqué. Sa colère est paisible, son chagrin élégant, son regard indulgent. Son texte est lumineux.

Nicole Grundlinger Mots pour mots

Déclinant d’intenses variations poétiques emplies d’humour et de désarroi, de rage et de tendresse sur la thématique de la mort et du deuil en vingt-trois fragments, Frédéric Fiolof semble envoyer un clin d’œil à cette rêverie de toute puissance un peu enfantine de Stendhal obtenant des privilèges de ce «God» dont il se moquait tant.

Emmanuelle Caminade L'or des livres
Acheter ce livre Acheter l’Ebook Lire un extrait Partager
Frédéric Fiolof Frédéric Fiolof

Frédéric Fiolof

Frédéric Fiolof est né à Aubervilliers en 1966.  Il a travaillé une quinzaine d’années en Afrique et en Roumanie et vit aujourd’hui à Bobigny. Grand lecteur, il a publié ...

Lire plus

Ce livre qui expose tous les obstacles qu’il a fallu franchir avant qu’il s’écrive, Frédéric Fiolof nous le donne, avec une délicatesse et une puissance étonnantes. Faisant fi des genres, récit, essai ou poème, il oppose à l’oubli la fragile et indestructible barrière des mots.

Alain Nicolas L'Humanité

Une magie poignante et salutaire. Finir les restes se jette avec fougue et audace sur les possibilités et les impossibilités du deuil, et la lectrice ou le lecteur en ressortiront subtilement changés, au fond d’eux-mêmes.

A la fin la mort

Bertrand Leclair Le Monde des livres

Finir les restes ressemble à un uppercut orphelin plein de désillusion, mais aussi de hargne et de besoin de vivre quand on vient de côtoyer la mort d’un peu près.

Warren Bismuth Des livres rances

Une voix, une interrogation, une lamentation, un cri de colère… Leurre du langage qui ne rend pas compte de l’innommable.