Poéticide

Lire un
extrait
Hans Limon

Poéticide

Un poète décapité / décapitant, pensant peut-être secrètement à Zarathoustra soulevant la tête décollée du vieux Poète…. « À la poésie malade de lyrisme jusqu’à la
cirrhose », dit-il en levant son verre vide.

Lucien Raphmaj Raphmaj Latérature

Les poètes, ces visionnaires autoproclamés, ces loueurs de soleil, ces rimailleurs à la sauvette, les voilà tous morts. Et alors ?
Un monde privé de ses poètes : ci-gît peut-être l’idéal.
Remise des conteurs à zéro : « C’est au berceau qu’il faudrait les prendre. Les pendre. Avant qu’ils ne sachent écrire ou parler, autrement dit mentir, aveugler, recouvrir, dissimuler. Des faux-monnayeurs par nature ou vocation. Le ver est dans la pomme et la pomme en ma paume : à moi de l’engloutir. C’est ma contribution à l’ordre universel, ou plus modestement mon petit coup d’épieu à l’historiographie. »

Massacre à la lettre ou manifeste à chœur ouvert, « hommage collatéral » ou thriller cynico-lyrique, impitoyable et désopilante épopée à travers l’histoire de la poésie, Poéticide est avant tout l’avènement d’un poète qui, trop à l’étroit dans son siècle, s’en va poignarder ses pères spirituels pour mieux leur déclarer son amour et, chemin faisant, dispose comme par inadvertance la première pierre (tombale) d’une grande œuvre à venir.

Entretien. Hans Limon : « Poéticide est un roman, un scénario, un doigt d’honneur (…), une cale à commodes »

Johan Faerber Diacritik

Drôle de livre, comme on en lit rarement. Poéticide est une promenade au couteau dans l’histoire littéraire.

Guillaume Lecaplain Next Libération
Acheter ce livre Lire un extrait Partager
Hans Limon Hans Limon

Hans Limon

Né en 1985, diplômé de philosophie et de théâtre, Hans Limon écrit comme il respire, tantôt lentement, tantôt frénétiquement, mais sans jamais discontinuer. Son existe...

Lire plus

Son inspiration profonde accouche d’une langue viscérale, charnelle, liquide ; à la limite du supportable, de la déchirure, comme toute souffrance vécue, imprimée dans le corps et dans l’âme. Rencontre sous le soleil noir de la mélancolie avec le dernier dandy de la scène littéraire.

Guillaume Richez Les Imposteurs

Recueil raturé de poèmes moqueurs et justes, assassinat romancé et commémoratif des illusions et merveilles de la poésie, Poéticide porte une voix singulière. Entre provocation, pastiches et calembours, Hans Limon propose une voix nouvelle : de la conscience de sa vacuité seule la poésie subsistera.

Ce texte ambitieux et déviant subjugue par sa fougue qui place l’acte d’écrire au centre de tout.

Karen Cayrat Pro/P(r)ose

Pour qui trouve la poésie pompeuse, inaccessible, engoncée dans tout un tas de doctrines littéraires, voici une petite bombe prête à exploser pour mieux rendre compte de ce qu’est réellement la poésie. La faculté de créer, de s’enthousiasmer, de célébrer, de ressentir, de vivre pleinement.

Une adresse vive et claquante aux poètes […] Maldoror s’est glissé dans le corps fragile d’un écrivain qui sent le soufre et l’explosif… […] Hans Limon transforme le verbe en pierre volcanique.

Philippe Chauché La Cause littéraire

Un poète encore, un poète toujours, jeune, increvable, irrévérencieux, magnifique. Il s’appelle Hans Limon : gourmand de vie et gourmet de mots. Il a lu ses classiques, et se faufile à leur suite à grands bruits pour faire entendre ses propres mots. Avec lui, ça charrie du verbe et convoie de l’énergie. Un recueil solide, solaire et de grand vent.

Eric Poindron Causeur

Avec ou sans rime, la poésie peut-elle, doit-elle survivre ? Là est la question, qu’un roman torrentueux et joueur s’attache à résoudre, l’arme à la main.

Une manière de réinventer dans la plus pure innocence, l’essence même du plaisir à écrire de la poésie. Et ça détonne, je peux vous le dire, parce qu’il y a la rage d’un fou idéaliste, le génie de la création, et la beauté des vers qui vibrent dans 90 pages de bonheur de lecture!

Mélange des genres : prose, poésie, théâtre. La forme classique du poème peut côtoyer le langage injurieux, trivial, finalement ordurier parfois […] Haut, brillant, bouillant.

Emilia Sancti & Warren Bismuth Des livres rances

Poéticide s’attaque à la poésie de célébration, celle qui trône sur son piédestal, en parodiant les topos de la poésie à capitales.

Fabrice Thumerel Libr-critique

Manifeste : «À trente-trois ans – un âge à se faire crucifier –, me voici donc au seuil d’un nouveau néologisme délictueux, d’une insupportable prétention…»

Hans Limon Diacritik

Entretien rencontre librairie Charybde